>post/2021/automne

2020 -;- janvier -;- février -;- mars -;- avril -;- mai -;- juin -;- juillet -;- août -;- automne

Salut, que se passe-t-il en septembre cet automne ? J'essaie d'adapter john-doe aux notules, pour différencier un carnet d'exploration #misc et de la parlotte murmurée #bla-bla. C'est assez cassé (pour le moment ?).

Parfois, les mises à jour sont annoncées par RSS à travers le changelog.


dernière modification le 23/10/21
home |··| 👍

#misc



🌕



#f5977d
https://marcjahjah.net/5724-simorgh-habiter-les-seuils

Own a copy of your corner of the internet.

« I now focus on projects where I feel like there’s potential to experiment and shape how people think about decentralized technologies—but more than that, build networks of solidarity based on organizational decentralization and interdependence.»
mai-ishikawa
« Creating an environment where people can be in dialogue with each other to assert their values, listen to others, and negotiate the desires of their shared dreams—that’s a powerful tool of organizing! »


« je préfère prendre le risque d’avoir tort avec des gens avec qui la vie serait sensée, que raison avec les autres, avec qui je n’ai pas envie de vivre, de partager le monde » valerie-gerard



L'affiche du jeu vidéo Norco. « I was already into reading—I actually went really hard when I was younger from reading Goosebumps straight into Kafka and Dostoyevsky when I was like 11 or something. »
https://antigravitymagazine.com/feature/no-place-like-home/
« I’m realizing that so many of the things that upset me are like, an affront to my ego, or make me feel personally slighted or defensive or territorial… So I have been thinking more about some sort of meditative or spiritual practice, or even just some sort of philosophy reading track that I can move through to just dissolve some of this ego that causes so much friction.»


breathe


nemecl design

deux meufs qui parlent d'écriture, un bon lundi: cede barnes & pauline lewis


Une citation provenant du site d'edwin wenink : Nobody has a perfect memory, so I don’t blame myself for not recollecting everything I’ve been taught throughout the years. But the thing is that for each course and for each paper, I did make extensive notes to compensate for my human limitations. All these notes are scribbled down in barely organized old notebooks or in docx files (!), organized in folders scattered across various back-up drives. They are recorded, yet I do not remember. How come?

« Je ne sais pas. Mais. Quand je me laisse glisser doucement sur les courants urbains à pied ou à vélo. Mes yeux ne cessent de noter le paysage, de vouloir comprendre, ressentir et investir l'espace. La rouille me surprend. La poussière m'extasie. Les peintures défraîchies me ravissent. Les murs humides émoussent ma rigueur. Tout est moment de découpage, recollage et plénitude. Chaque intimité du concret devient l'opportunité d'une exploration, d'une histoire, d'un territoire de légendes. »
les carnets de la grange ||| equilibre


« Bienvenu[e]s en Kavan.land où la navigation entre langage naturel et langage de programmation, bases de données et méta-données, graphes et prose, révèle un territoire étendu, une écho-fiction. Kavan.land est une archive sémantique et fictionnelle développée à partir d'une collection de data autour de la romancière britannique Anna Kavan (1901–1968). »


important: @media print { book }

Atlas Cosmologique
L’atlas cosmologique est un outil multisupport constitué de trois dispositifs : une interface web, des sessions de réflexions et des publications imprimées. Ce projet a pour objectif de matérialiser la manière dont une connaissance non objective se constitue et se structure à travers un corpus documentaire.
https://julie-blanc.fr/projects/atlas-cosmos/



colorfiction crafts visual cortex stimulation products.


« La fiction constitue le lieu où tout affleure et apparaît ; où ce qui est dormant se révèle en prenant forme. J'emploie le terme de "fiction" dans l'acception la plus large, incluant les écritures de soi, parce qu'une simple transcription est déjà une réinvention. D'où ce journal, d'où les poèmes, d'où mes divers projets : sans eux, je n'existerais pas vraiment. »
journal octobre - laumé



The initial phase of the creative process involves gathering


« In parsing technoscientific data into experimental artworks, this project follows the conjectures of a number of theorists concerning the potential for speculative modes of sensory practice—going beyond ‘the utensil-problem space, where environmental sensors facilitate increasingly regimented and automated ways of life’, to ‘consider how environmental computational practices open into experimentation, expanded experiences, and speculative adventures’. »
where the fuck am i https://thedigitalreview.com/issue01/carter-orbital-reveries/index.html



«Trinaenvisions the mixed reality world of the titular character, a former literary scholar who works alone in an RV in the desert, sometime in the near future. Through Trina’s eyes we see the digitally-mediated daily reality within which she must interpret a cryptic, typewritten document as part of a text analysis H.I.T. (human intelligence task) that she takes on to make ends meet. Trina’s dark humor offsets the precarity of her work for Humanitas, Inc., a service that deciphers texts for military intelligence. Humanitas owns Trina’s digital eyes and fingers, a trade-off she made for access to the cloud. »


« J'ai le tort de tenir un quant-à-soi labyrinthique et profus. »
« 9 septembre 23h47

Beaucoup pleuré sans raison aucune.
Un soudain sentiment de marginalité.
Comme d'être repoussée à la périphérie de la vie. »


un site personnel rigolo: max bittker (le slider de border radius notamment) and then hyper-pop
Une capture d'écran du site Orb.farm : une sorte de crevette en pixel art nous accueille avec le message suivant : 'Welcome to Orb.Farm!

This is your personal aquatic ecosystem to nurture, sculpt, and observe.'


« Time is folded within everything - Occurrence of thought, light coming to us from the sun, possibility of sound- the propagation of waves. All percieveable things implicitly carry time. To have a thought is to be witness to the passage of time. »
« I want to explode very very slowly, and that will be life. »
https://sultanazana.github.io/fieldness.io/tiem3.html


éparpillement 2


listeningto: La pochette d'album du dernier album de Sufjan Stevens: un dessin d'une Médusa ailée, avec un papillon sur la langue et derrière elle, des vagues et un arc en ciel.

*** COMPOST vol.2 ***

re: sister- a killjoy cooking network.

a gif of a black berry
(woah such a big black berry, i'll leave it like this)

logging off- foraging online & offline.


A weird clock, with a text underneath: It's all clock propaganda. Clockaganda.
trop chou que les bulletins de l'IERS soient en .txt :3

reverence for the spaces in between- !!!


web-literacy

« Volvox is a polyphyletic genus of chlorophyte green algae in the family Volvocaceae. It forms spherical colonies of up to 50,000 cells. They live in a variety of freshwater habitats, and were first reported by Antonie van Leeuwenhoek in 1700. Volvox diverged from unicellular ancestors approximately 200 million years ago. »


free networks are paths through the woods
Encouraging a total shift in topology,
Little attempt is made to separate practical information from art/ideas/dreams,
ameba


Capture d'écran d'un article de la revue Compost avec une image de magma collective : A crows-eye view of a small village. One road leads to an arena with a towering dandelion in it. Other roads lead to a dense network graph.

« I agree with the thrust of Laziness Does Not Exist, and found it an empathetic and largely persuasive work. But it’s at least partly geared towards people who “often try to cram every waking moment with activity. After a long day at work, they try to teach themselves Spanish on the Duolingo app on their phone [or] try to learn how to code in Python on sites like Code Academy.” In other words, people who aren’t remotely lazy by any stretch of the imagination. It can at times read like a manifesto for former gifted children, the kind of people who need to be thought of as conscientious and make a big deal out of buying too many notebooks. »
---
« Every once in a while on Twitter, someone goes viral with a tweet asking, “what job would you do in the Gay Space Luxury Commune?” Even though this utopia is in no danger of being realized any time soon, I always feel the urge to fact-check these people’s harmless fantasies, which are no doubt informed by the lack of time they have to pursue their own passions. Every time I see some beleaguered 22-year-old retail assistant suggesting that under communism they’d like to be a cat therapist, anime archivist, or the proprietor of a cute little queer cafe that serves snacks, I want to grab them by the shoulders and bellow, “Actually, no: you’ll be working in a Sewage Treatment Center! And what’s more, you’ll like it!” »
Laziness is fine


time theft

oh,
je fouille dans de vieilles choses enregistrées dans le dossier d'onglet homeweb et:« I just wanted to make a beautiful house and clothes and infrastructure. Beautiful in the Christopher Alexander sense. » (Christopher Alexander, c'est le type à la base de Patternlanguage, découvert ce matin):


« A pattern language is a network of patterns that call upon one another. An individual house might, for example, call upon the patterns described under the names of half-hidden garden, light from two sides in every room, variation of ceiling height, bed alcove, etc. Patterns help us remember insights and knowledge about design and can be used in combination to create designs. »
patternlanguage.com


Mnémozine #1 (des préoccupations similaires, mais le format vidéo c'est pas trop ma came)

SmolNet : « Do you ever think about web crawlers? »

small-web

j'arrive au terme slow web; mon pseudo internet est vieux, je choississais souvent des titres de blog / pseudonyme avec les chansons que j'écoutais à ce moment-là woah. (c'est comme ça que j'ai ré-écouté Young people en me souvenant d'un blog intitulé slow moving storm. Bref, c'est rigolo car je répète souvent en ce moment que je suis lente, j'imagine des futurs entretiens d'embauche déclarer "je suis lente" dans la liste des défauts demandés - en retournant bien sûr le défaut en qualité. Je mets du temps à. néanmois cette non-efficacité emprunt disons-le franchement de flemme laisse à la contemplation tout le loisir de mûrir ses perspectives (désolée, je m'amuse avec les mots ce matin - enfin il est treize heure mais)(c'est le moment où je me décale vers #blabla? je crois que je n'ai plus rien à ajouter anyway)



« [les Archives nationales] nous disaient qu’elles avaient déjà tout sur nous : la police, la psychiatrie, la justice... mais ce sont les archives de la violence. [...] Nous sommes sur un modèle d’archive vivante qui est plus proche du corps et des gens : pas la peine d’attendre que les gens soient morts pour dire qu’iels ont de la valeur et sont elleux-mêmes des foyers d’archives qui peuvent en produire. On peut aussi archiver les affects et les émotions. On fait de l’archive en simultanéité, dans le temps présent, avec des personnes physiques, des personnes qui racontent leur vie. Il est crucial de recueillir des archives orales dès maintenant, des récits de vie de personnes, de les écouter et de les faire circuler. »
archive = vie



« The random compositions I find in magnified tears often evoke a sense of place, like aerial views of emotional terrain. Although the empirical nature of tears is a composition of water, proteins, minerals, hormones, antibodies and enzymes, the topography of tears is a momentary landscape, transient as the fingerprint of someone in a dream. This series is like an ephemeral atlas. »
topography of tears



par la poste: super chouette le Mail-Blog de Cortney Cassidy!


des nouvelles de la limouzine

c'est si beau les graînes | micro marvel

Un macro d'une graîne.

layers of meaning
kaomoji
Une capture d'écran où est noté : Unpacking... Compressing files... DO NOT PANIC IF IT LOOKS STUCK

oh un très beau menu abstractmachine.,et (#toexplore) ; oh des jolis bouttons jump

https://houserules.website/ #playground (and again)

Charte du CoMPAS (Collectif des Militant·es, Professionel·les et Acteur·rices en Santé)


« Poverty gets a little extra fun when you’re just always hovering over the line that breaks you forever. »
if we're not dead yet


des boutons dans une cybercabane


Une capture d'écran du site c82.net où est représenté la transformation d'un extrait d'Alice aux pays des merveilles en seulement sa ponctuation.

mon coup de coeur du smolweb récent, c'est flat mountain dispatches


« The ultimate low-tech tool, the beauty of the Scythe isn't purely found in its efficiency and sustainability, though those certainly factor into its continued use. No, the true worth of the Scythe is in its expansion of the body — to skilfully wield the Scythe is to allow it to transcend the realm of the object, to allow it to merge with the entirety of form. To become an expert, one must come to know the Scythe as a tendril of the mind, reaching out to touch the Earth. »


(cette vidéo (ontwitteroskour) me donne envie d'apprendre le markdown et d'utiliser el famoso pandoc ; des outils toujours des outils, est-ce qu'un jour j'arrêterai d'en changer ou cela fait parti du flow ? remembering my time with Left as a text editor for example twas good.)


Une capture d'écran de la revue FMR. Le texte:
J'ai longtemps ignoré les liens entre mon mal de ventre
Et les possibilités qui finissent dans une serviette
Qui finira elle-même sur une plage ou dans la gorge
D'un papillon qu'on attrape en clignant des yeux
La beauté dans les cernes de ce qui se fond au compost
Tu te dis en tirant sur le cheveu blanc qui ne t'appartient pas
Sur les mots/images qui ne t'appartiennent pas mais qui te font écriture
Il te faudrait des notes de bas de page pour tout ce qui te traverse/ te hante
C'est perdu d'avance, j'écris d'insolubles impostures je rétrécis.

v.
[connect] old stones
[to] rewire
fractured land
Ritual | 001


the mortifying ordeal of being known (je lis ça et je pense à une théorie des fenêtres)
« Online, I’ve curated myself into an intentionally nebulous shape » Un dessin d'une porte ouverte sur des ombres dans lesquelles une paire d'yeux cligne.


through our experiments we ask: what happens when computers are dances, rituals, games, instead of closed electronic boxes with a high environmental and social cost?
#toexplore !!

Collect the Web,
Express Yourself.


Collect what truly matters to you from the web. It's who you are. Like-minded people will find and learn from you.
Glasp


« Cosma est une application pour ordinateur, mais son fonctionnement principal consiste à générer et afficher un fichier HTML, que nous surnommons un cosmoscope, et c’est ce dernier qui représente la véritable interface d’exploration. » (dans mes RSS)


(il me faudra explorer, expliciter, intriguer?, cette curiosité envers non pas tant les tools for thoughts que les personnes qui écrivent à propos, qui cherchent un moyen de retracer la pensée humaine)


a stream of consciousness

This page is a truly naked, brutalist html quine.


dernière modification le 23/10/21
|^| tothetop |^|
home |··| 👍

#blip

20/10/2021

si je ne travaillais pas, je préparerai deux trois actualités / lectures (grève général en corée, la quadra, l'actualité très locale du collectif f.) - illustrée des quelques images / illustrations d'artistes, ponctuée de visages du travail pour en faire un post demain matin

si je ne travaillais pas, je streamerai wilmot's wharehouse et earthbound et bloodborne

le soir

je suis émue à la juste dose (from the drawing of danielle taphanel to do it for her and crying about steven universe)

###mardi minuit mercredi

j'ai envie de faire des choses qui requièrent du silence.

***

j'ai passé la soirée maraude avec des malfrats et c'était tous des chics types.

dimanche?

assise par terre dans la cuisine, j'attends que les courgettes marinées cuisent, willow me tourne autour (il veut des croquettes), le son de run the jewels me parvient depuis le salon, j'ai joué à mundaun ce matin,

mercredi 21:50

putain cette crève!! tout mon être est en morve flasque, impossible de respirer par le nez l'air assèche mes lèvres, les yeux piquent et tout est lourd. autour de moi chacun s'inquiète pour l'infiltration de demain


q. étonné de mon état non anxieux : énumère tout ce pourquoi je devrai être stressée avec l'intervention médicale
moi: mais garde ta merde.


je suis épargnée la plupart du temps de l'angoisse.

###mardi soir, 21:20

j'abandonne cette journée.
entre le gros rhume, la peau qui gratte, l'appréhension de l'infiltration et la sciatique, jpp.

###lundi 11 matin

dans le tram pour aller chercher l'ordonnance pour l'infiltration de jeudi.. demain journée d'étude de la sism. ce qui donne un zéro maraude pour moi cette semaine, pk pas.

hier je suis tombée dans un rabbit hole de sites de designer, c'est pas mal des branle-nouilles quand même. je ne crois pas que je pourrais évoluer dans ce milieu. quelques un/e/s font du taf tout à fait admirable (julien bidoret, julie blanc) mais ensuite ça reste des jolis mots hors sol, je trouve. de toute façon je me trimballerai toujours cette aigreur envers celleux qui n'ont pas les mains dans le cambouis. je place seulement là la notion d'urgence, comme j'essaie de la dénigrer dans la pratique au boulot.


vendredi, j'étais contente que ***** me parle de ses apparitions. pour parler de ses fantômes, il gaut avoir un minimum de confiance en l'autre, non ? en plus ces derniers temps je tente de l'encourager à venir me voir au bureau avec ma casquette de psy hors maraude, mais ça ne prend pas.. j'ai pourtant réussi à contrecarrer le "si je te parle de tous mes problèmes, ce sera toi qui devra aller voir un psy" en lui disant que c'était déjà le cas, et que c'était juste une histoire de bacs renversants.

un début de rhume ?

ah oui, dans les trucs aléatoires que j'ai fait dernièrement : un tract poético-syndicaliste ? je l'ai fait lire à **** & ***** vendredi avant de partir en maraude, j'étais toute tremblante intimidée de partager un écrit ainsi mais leur retour m'a rassuré.

dimanche 10 octobre - 17:35

je suis en pleine découverte exploration du site julie-blanc.fr, c'est fantastique ; entre l'atlas cosmogonique et les léviathans, hymnwave

mercredi 6 octobre, 10:03

je pense à:
- mettre ce site sur des clés usb, juste des fichiers dans des dossiers, à envoyer par la poste
- digital cemetery (again)
- l'auto-hébergement pour éteindre / débrancher le site quand je veux le détruire

les contours comme ligne de fuite.

18:09


« Quelques rebonds hypertextuels »

weeeeeed: écrire sur le temporalité (la thématique qui émerge quand je relis les notes du mois de septembre, le temps qui s'échappe en permanence, tous ces deuils des autres vies que je pourrais mener à saluer (un fomo élargi et existentiel, mais avec lequel je suis OK - je suis pas en proie aux regrets) - et que la relecture de soi justement permet d'étendre le temps, je pense "relire ces notes, des traces de ce qui se déroule dans les interstices du quotidien, est rassurant" et je me demande pourquoi est-ce rassurant ? il y a bien sûr la familiarité du connu et aussi la découverte de qui résonne à l'insu puis..



dépots

(je sais vraiment pas comment je pourrais élaborer l'être aussi plaisamment que sans weed)


j'écris de nouveau dans ma tête un manifeste pour le travail social palliatif pour mes collègues en souffrance

21:58

listening to: libre service #1

cinq heure du tam, dimanche oskour

aucune position n'est confortable je tourne remue dans tous les sens, comment je vais faire quand j'aurais plus le salut de l'anti douleur? retourner chouiner chez le médecin?

Une capture d'écran de téléphone de fr-android sur une application de clavier avec seulement la lettre A. On ne peut qu'y écrire aaaaa.

samedi 2 octobre, 12:28

me suis réveillée y'a pas longtemps, la grasse matinée post-insomnie miaou. voilà, j'ai décidé d'annuler les mois et de passer aux saisons, même si ça se chevauche pour cette fois. j'ai le temps de rien si je bricole des nouveaux trucs CSS tous les trentaines de jour, hé oui.

si l'énergie se présente: aller bidouiller depuis le pc fixe linuxé. je crois que je ne vais pas finir la diapo des vacances, elle m'encombre. mettre la priorité sur les scans de carnet et sur archives.html

les répétitions dans les oublis immédiats

dans la nuit de vendredi à samedi, 1-2

octobre

je n'arrive pas à m'endormir, et ça me gratte.

des (im)pensées du travail alors j'ai bien fait d'écouter la micro sieste en direct; c'est ma manière de gérer mon temps de travail: glander sur les heures en présentiel en contre partie de ce qui s'infiltre en dehors

j'ai l'impression que tout est un devoir, c'est étrange et pourtant

le festival des démos de steam m'a découragé de tout je crois,

sclérosé

(ma collègue est allée apporter du coca et des biscuits à une femme qui vient de se faire amputer la jambe)

mercredi 29, 19:44

le dernier sketchbook de disa est sorti, fantastique as usual
Un dessin avec le père du meme Are you winning son qui demande à une fleur Are you reaching your full potential son ?
cette émotion face à la création d'autrui qui revient souvent ces derniers temps, peut-être car je suis très peu sûre de moi, je doute de beaucoup de choses, je m'enfouis sous la couette alors ces ouvertures sensibles effleurent le peu qui me reste de vivant ?
le radiologue n'était pas satisfait du scanner et je vais donc faire unr IRM demain
Actuellement elle présente une symptomatologie des sciatalgies droites | Examen scanographique révèle des remaniements osseux au niveau des plateaux vertébraux L4-L5 L5-S1 | Protrusion discale au niveau L4-L5 à droite et L5-S1 à gauche | Un complèment IRM sera effectué dans les plus brefs délais avant le geste infiltratif pour évaluer correctement l'état du canal rachidien. || Une infiltration cortisonée épidurale sous contrôle scanographique peut-être envisageable.

21:07

what about UnearthU again ?

mardi fin de matinée (le 28)

je suis émue et j'ai envie de tout copier-coller sur le site de Sultana Zana. comment dégager des espaces cocons pour se blottir plus langoureusement dans toutes mes découvertes ?

00:38 (donc le 29 mais c'est la même journée)

is anybody home
je me réveille dans 7h environ pour aller voir un radiologue qui me fera une infiltration j'espère bientôt car j'ai toujours mal, je trouve des astuces comme appuyer en bas du dos avec mon poing pour pas que la douleur hurle quand je marche
transformative encounter


minuit entre mercredi et jeudi

Les humeurs fluctuent tellement vite, oompf.

Je vois Barge sur la table de chevet alors j'y pense chaque soir, est ce que je le garde secrètement contre mon cœur? je m'y replongerai un peu avant de l'inoculate. (todo: scanner exlibris)

UnearthU dans mes réminiscences

comment me sentir moins pressée / débordée et ainsi profiter du calme et du doux ?

digital cemetery.

mercredi soir (le 22)

j'empile des tas, j'entasse des survols au cas où...
si j'ai le temps, un jour
ou bien, si quelqu'un a un intérêt partagé et picore aussi
un partage de bribes insignifiantes qui se racontent parfois entre elles
puis, ou sauf que
toujours dans un coin cette notion d'écologie de l'attention, est-ce que ces listes de choses éparpillées (#misc), ces fragments d'ouverture, ne sont pas du bruit en plus ? du bruit sourd, qui s'engloutit lui-même dans une perte opaque
à quoi ça rime, tout ça.


(après, j'observe au loin le sérieux de certain·es sur les sujets que j'effleure juste, les gouffres inutiles? car c'est si grand? pour nourrir le vide.)

###

j'atteris de nouveau sur le chemin numérique de seàn, à un autre endroit (hummingcrow). des interloupes.

lundi matin, 8h00

j'attends depuis une demi-heure pour prendre un rdv du jour sur le site du cabinet médical, j'aurai pu aller faire la queue avant l'ouverture pour la matinée sans consultation mais je me suis dit "autant voir le même médecin que la dernière fois" puis en fait, c'est un·e remplaçant·e. humpf. la douleur persiste et s'accentue depuis deux jours, jpp.

16:16

je me perds chez zach sherman (je me souvenais de son superbe site, anemon.es), j'espère que des gens se perdent ainsi ici parfois.
le remplaçant, un bébé médecin, est le premier à évoquer une opération autrement que "les hernies ne s'opèrent plus de nos jours" et également le premier à dire que les douleurs dorsales peuvent être liées au moral et comme je pleurniche pour avoir mon arrêt il me demande si j'aimerai pas voir un psy.. en vrai, ça serait pas une mauvaise idée en soi, faut-il encore trouver un·e bon·ne psy, ça aiderait peut-être à ce que je ne pleure pas chez le superviseur comme vendredi dernier, et qu'il se transforme lui aussi en ma mère, à parler des risques de mon boulot.
j'ai pas eu l'occasion d'écrire sur la séance de vendredi d'ailleurs, j'avais comme idée de parler de la porosité entre le pro / le perso, du fait notamment d'habiter en plein centre ville et de croiser des personnes en dehors de mes horaires de travail, puis plus tôt dans la semaine un gars a déclamé de je-ne-sais-où "ce qui est bien avec vous, ce que vous ne mélangez pas le pro et le perso". on en a quand même un peu causer, bon. puis c'est parti un peu dans tous les sens, et j'ai tenté d'expliquer l'écart entre la proximité ressentie au quotidien et la distance lointaine qui se rappelle violemment quand des éléments des vies fracassées reviennent ; mais il n'a pas compris je crois et il est parti dans un charabia protecteur, comme si c'était des maraudé·es qui se jouaient de moi et qu'il fallait que je fasse gaffe idk.

21:43

je bois du vin rouge et j'aime bien mon site internet.

22:31

j'essaie de faire un post de changelog, je regarde le code d'un vieux et les propos échoent:

Je change ceci, un milimètre pour aérer ou resserer la typographie,
je raffraichis la page à côté pour voir
le changement,
où est-ce que j'ai bousculé la marge
en gestes

idk how to describe it, l'éparpillement léger un peu paumé sur les bords
en se construisant une sorte de cabane

18/09/21 12:50

je n'arrive pas à retrouver chez maya.land l'endroit où elle écrivait quelque chose du style : "you can call me a friend instead of someone I know on the internet" dans une conversation du style "je connais quelqu'un qui"

12, nuit

j'arrive pas à dormir, zéro sommeil.
grumph.
ça m'ennuie de pas pouvoir me lever et vaquer à mes occupations par crainte de faire peur.

je me lève finalement, et comme astuce: ne pas aller se perdre dans des choses à soi mais se divertir avec un jeu vidéo. ravie de voir que la fenêtre voisine d'en face est insomniaque également.

17:15

parfois un pétard débarque sur ton chemin un dimanche après midi ensoleillé et t'écoute hatik chanter comme une bouteille à la mer dans l'émission fanzine et y'a trop d'émotions ici là

oh et une micro-sieste décalée (chut, nopodcast, just magic)

atelier rap

\--

désolée, mon enthousiasme permanent et persistant sur cette activité de construire un site internet m'étonne moi-même, je ne sais qu'en faire.
ué.
à part répéter "c'est cool !!" :shrug:


d'ailleurs, vers où je vais, sondage:

1. microsieste.html
2. archives.html
3. echos.html
4. badges.html

\--

par contre c'est peut-être la recherche de l'inspiration pour ces bricolages créatifs qui me donne envie d'avoir de la weed à foison.

\--

je me demande à quoi ressemblerait cette activité sans mon 35h de salariat, avec quoi elle se lierait.



DE LA LENTEUR.

11/09/2021 23:47

OK, j'écris à même le HTML, je viens de finir de transposer les notules !! OUF. j'ai encore un soucis de top/bottom posting : pê que #misc verra les nouveautés au début de la page tandis que #blabla vers le bas, pour une chronologie plus logique de mes humeurs fluctuantes (parce que clairement comme je n'écris plus l'heure de mes déboires, bah, on s'y perd.)

Je suis contente, j'ai hâte de tinker à tête reposée !

Les choses fonctionnent toujours mieux dans les imprévus.


(le 11 aussi mais plus tôt)

québlo.
trop de bruit dans la rue, comment aller prendre l'air dans le calme, coincée dans l'appartement. big ouin-ouin mood.

2h plus tard,

ça va mieux, je m'installe à l'atelier pour faire du code, surmonter le désespoir existentiel débile:

  • préparer les dossiers
  • dessiner sur une feuille de papier les idées

lol je viens d'essayer vite fait john-doe sur les notules du mois d'aout, juste en ajoutant un bout de CSS, avec une section misc et une section bla-bla, ça casse tout de manière magistrale. on va laisser comme tel et implémenter la chose depuis un index vierge de septembre, trkl.
-
j'abandonne, pas assez d'énergie pour ces bêtises, pas la peine de se sentir nouille.
-
je persévère.. beaucoup de choses intéressantes dans ce code quand même.

..|£

sentiment d'extrême solitude, des larmes, tout se disperse, envie de disparaître, s'évanouir
transpercée
à quoi je ressemble pour les autres?
pourquoi personne ne m'envoie de mots doux

/-/

what if: je faisais une fête des un an de ce site (mi octobre dans mes souvenirs) et que j'en profitais pour quitter twitter ? est-ce que j'ai envie de quitter twitter ? ce que je n'aime pas là bas, je réussis plus ou moins à ne pas le voir ? mmmh. et la fête, ça pourrait être la première des streams bbb que j'envisage ?

/-::

impression: réussir à mieux exprimer mes états de possible ou non dialogue ? ça reste pas évident, ce n'est pas agréable de dire: non, là, en cet instant, je ne souhaite pas discuter, please let me be

j'aimerai me poser à l'atelier et faire un plan des choses envisagées pour le futur autour de mon ludisme numérique. en vrac: apprendre à faire un stream bbb (est-ce que ça peut réellement être un équivalent twitch?), rattraper mon retard de découvertes itchio, avec les bordures offertes par Barge commencer un zine 2017 (pê que c là que va trouver sa place le zine insta-gram abandonné??), runyourownsocial, faire mon pc fixe pour avoir linux, anestedlist:enchantier.html, haveyoutimeforthisproject.jpg

>>>

j'aimerai que quelques personnes me parlent plus d'elles. ?

<<<

halt and catch fire toujours dans un petit coin de ma tête

/#

dommage que le mot fatigue ne soit pas joli alors que je l'utilise tant idk if it's la-fatigue mais je suis régulièrement émue depuis quelques jours ou alors c'est l'automne qui arrive, une petite dispersion une manie non avenue avant la dépression hivernale

{=}

oh: dans mes vieux tweets, le 22 juin 2015 & aussi... moonborne (ajouté à en-chantier.html)

10/09/2021 00:19

deux occurences: chez-josette stanley brinks ; a rt about moldy peaches. silly old days.

mardi soir ou bien la nuit.

j'aimerai fumer un gros pétard pour m'envoler sur le lyrisme éprouvé depuis la nuit à vélo; quand j'aurai un autre métier un jour, j'aimerai me souvenir de faire du vélo la nuit. maraude: [...] "je tiens le bon bout" à l'hôpital de jour après sa cure, des images: un boulanger à vélo l'hiver et des insectes - abeilles, vers de terre - qui bouffent le cadavre d'un alcoolique et deviennent ivres (c'est pour cela qu'il n'a pas choisi la solution de se foutre en l'air) , la zone [...] & insertname qui n'est pas redescendu de son voyage de trois jours en suisse à prendre de la coke h24, il raconte la gare de nancy et comment un gars qui traîne lui a montré un chemin en passant par la fenêtre des toilettes pour éviter les contrôles de pass sanitaire et lui a filé un euro et une barrette de shit en lui souhaitant un bon retour chez lui; puis il cause de pourquoi il boit, l'ennui et le fait que ça permet de supporter la folie ambiante ; ça me rassure quand il montre au loin insertname en évoquant une protection envers ce paumé myope sans lunettes.

le problème de l'écriture c'est qu'elle ne rattrape pas ce qui se passe dans les pensées à vélo / sous la douche.

j'ai pas bcp sommeil, il est 2h du mat et j'ai rdv kiné demain matin..

dans la nuit ou très tôt le matin

Les gens qui trouvent sur j'ai l'air reposée alors que ça fait trois jours que je dors mal à cause de la sciatique wesh c'est eux qui sont reposés de pas avoir vu ma tronche depuis trois semaines.

bip-boop

c'est dimanche, demain c'est la rentrée. il y a un écart entre tout ce que je comptais faire ce week-end et la disponibilité de mon corps (migraine, sciatique) mais pas que, l'incertitude face à où écrire, comment noter, etc.


tâtonnements craintifs

est-ce que je conclue ce qui se passe dans le dossier du mois d'août ? est-ce qu'on se fiche de tout ? c'est souvent la bonne posture à avoir. en tout cas, des idées qui persistent:
- faire un diapo des vacances (en premier lieu, rassembler et traiter les supports (notes, photographies, souvenirs à scanner, etc.) et ensuite, tester ce truc ?)
- décortiquer tout ce que j'ai mis dans mes signets twitter
bon, toujours est-il que j'aime bcp les notules sans mon bla-bla du mois d'août (à voir si je le mets dans une autre page également ce mois-ci ?), alors tchao.

§_+

dimanche soir, je parcours A profound waste of time, quel beau magazine et je lis l'article Journal journey de Jenny Jiao Hsia.

« Crossing the line from hobby into side hustle is where I lost that sense of honesty and openness when I was trying to share my personal life on the internet. (...) Asking myself who I was really journalling for and clarifying my intentions for why I was doing it improved the weird relationship I have to this activity. »

dans le train

TOO MANY KIDS FINDING RAIN IN THE DUST. a song by Nicholas Jar.

jeudi 2, somnolente après une insomnie

le-genie-prend-bien-des-formes : 1. j'évite de penser à la lumière car quand je m'approche du fait que ce que l'on voit, ce ne sont que des ondes lumineuses, la folie n'est pas loin ; comme si la physique même de la lumière (du monde perceptible par la vue) allait cristalliser un effondrement existentiel, hé ouais.


dernière modification le 23/10/21
|^| tothetop |^|
home |··| 👍