Toutes les images qui suivent sont des scans d'un petit carnet dans lequel j'écris avec un stylo noir épais.

Sommaire

Test du crayon
La topologie onirique
         oups
   transition
         √©mulsion
   insomnie

---
Mise à jour le 12.12.21


Test du crayon.

J'ai rŠļŅv√© que j'√©crivais dans ce carnet re√ßu hier mes r√™ves. J'√©crivais donc qu'une femme proposait des √©nigmes √† quelqu'un pour le maintenir dans le temps ; une sh√©h√©razade in√©gnieure o√Ļ les histoires sont remplac√©es par des touilettes / allumettes et exercices myst√©rieux.

Alors ici, ce sera le carnet des rêves ? même si ils s'évaporent régulièrement avant leur mise en mots
Je m'étonne toujours des lieux inexistants qui apparaissent dans mes rêves, ce sont eux dont je me souviens le mieux (récemment le campus d'une université)

la topologie onirique

√† la fin du r√™ve, on se demandait s'il ne fallait pas casser les murs de cette pi√®ce d'une immense b√Ętisse, presque un ch√Ęteau, pour l'agrandir; vers la barri√®re. Mais la pi√®ce √©tait vraiment mignonne ainsi. Mon fr√®re et sa femme passaient pour donner leur avis. Je ne me souviens plus du reste, bien plus grand.

J'ai rêvé qu'un gros compte instagram faisait une "stories" - pub de mon site internet.

(Je fais de la r√©tention de r√™ves ‚ÄĒ
  enfin
    je r√™ve
    mais je prends la peine de pas les inscrire,
ils s'effilent
     en perles d'eau nacr√©es
dans des jungles assoifées de
        vertige.)

J'ai rêvé que j'étais dans un appartement avec REDACTED du collectif féministe (pour un colloque ?). Elle était en colère contre un homme


oups j'ai saut√©    une page


et moi j'avais une crise de gros chagrin, des larmes avec des paroles au delà du sens recroquevillée dans un coin perdue en moi-même avec des mots (poésie) qui ne m'appartenaient pas.

j'ai aussi rêvé que je demandais sur le groupe Telegram de REDACTED si quelqu'un avait un plan weed ; le message était plein de coquilles étranges et on me grondait un peu de manque de précaution vis-à-vis d'une truc illicite ... des gens qui n'existent pas noyaient mon message avec des slogans antifa cela réveillait les endormis et je supprimais le message pour ne pas qu'REDACTED le voit et soit déçue de moi-même.

TRANSITION : from carnet de rêves to carnet de voyage

(car j'ai un nerf coincé et celui ci est plus léger qu'exlibris)

---> Vendredi 25 juin 2021
12:16 dans le train
direction REDACTED

        Dimanche 27 juin 2021
   16:26 dans le train
direction REDACTED

Un bon weekend au milieu de l'épuisement ( les menstrues et leur petite déprime, la douleur permanente du nerf coincé et les nuits courtes) au milieu des gens

émulser des rencontres (au pif)


émulsion : (Chimie) Milieu hétérogène constitué par la dispersion, à l'état de particules très fines, d'un liquide dans un autre liquide en phase continue, la phase dispersante

Le TGV gigote.

émulsion : (Photographie) Mélange sensible à la lumière, composé de sel d'argent à l'état de cristaux microscopique en suspension dans la gélatine, le collodion, qu'on applique en couche très mince sur la plaque ou le film.

émulsion : (Travaux publics) Mélange de gravillons liés avec du bitume liquide que l'on utilise pour la réalisation de circulation à faible trafic ou pour l'entretien provisoire des routes.

Beaucoup de grands rêves qui sévaporent au réveil.

Cette nuit, avec des clients de la maraude, REDACTED à une fête - une bagarre. Des baignoires qui se s'écoulent pas et des êtres vivants qui s'y forment, un sandwich végétarien, le jeune REDACTED qui attend, un self ...

des barricades qui bougent.


Pas de rêves si l'insomnie prend le pas.
   minuscule tourmente

J'ai laissé le téléphone dans la chambre, dommage j'aurai pu écouter une microsieste en retard.

O√Ļ est REDACTED ?

est-ce que cette miette de weed va faire effet ?

Pourquoi une pagination inversée dans ce carnet ?

Le réflexe dans ces instants creux de se réfugier dans l'oubli du scroll.
Une collègue m'a fait une (1) remarque et depuis je remets tout en cause - on en est là (je plaisante à moitié)
Dh'abitude on dirait que je ne me pr√©occupe gu√®re de ce que je renvois √† l'ext√©rieur, ce que mes comportements propos, postures ... laissent para√ģtre pour l'autre. Tr√®s peu de r√©flexivit√© "miroir" √† travers ? Les rues sont bruyantes, rarement de mani√®re sympathique ou bien ce sont aussi qu'elles r√©sonnent pour moi. Toutes ces trajectoires de v√©cu qui s'entre-observent en permanence, rarement avec indulgence alors que bordel ! quelle aventure que d'√™tre humaine quelle √©tranget√© mena√ßante intriguante (pas comme une ombre qui plane pour autant) que le vivant et tout devrait √™tre normal et paisible ?
ha bon
(le stylo crisse bien mais on dirait qu'il bave...) Pourquoi / Comment cela se faisse/t-ce que la déglingue


ne soit pas plus courante ... nous ne sommes pas habitu√©s √† conna√ģtre, rep√©rer les d√©rapages d√©sastreux de ses semblables qui / quoi a totalement normalis√© une fa√ßade courtoise sans vigueur J'aimerai √™tre un phare. (et relire Cioran)
Alors, lorsqu'on tente des connexions, de l'intime pour réparer la solitude partagée, it's awkard. Je me souviens avoir discuté avec REDACTED dans ma cage d'escalier, elle m'a dit ! "euh, je n'ai jamais osé le dire mais tu sais je suis un peu bizarre j'espère que ça se voit pas trop" alors qu'elle BIG REDACTED
Qui n'est pas bizarre ? les artistes ont un sortie facile et peuvent légitimement faire n'importe quoi, comme Sultana Zana qui fabrique des performances sonores de l'umwelt mycélique. Une des particularités du métier de psychologue que j'apprécie c'est justement cette autorisation implicite à être chelou. Et les gens en face, quand iels apprennent cette données, quelque chose les dé-range "ah ouais, tu vas m'analyser ?" et ce n'est jamais tout à fait une plaisanterie - c'est ça le supposé savoir, ce n'est pas le contenu caché des cours à la fac - cette immondice sacralisée qu'est l'université c'est : quelle est cet être qui instrospecte son espèce ? du prendre soin à la veille à la surveillance

L'autre jour, j'ai chialé étrange-


ment chez le superviseur, il a d√©c√©l√© un truc sur ce que je mets sur l'identit√© du psychologue (quand je parlais plus t√īt de la fronti√®re poreuse perso /pro) et j'ai juste envie de lui r√©pondre que je suis simplement curieuse quand il fanstame sur les raisons qui m'ont entrain√© jusque ici. Je visualise cette prise de consicence Boulevard B√©ranger √† REDACTED, un grand boulevard avec un grand trottoire qui s√©pare les voies des voitures et entre: des grands arbres tout du long (tr√®s long); un jour de march√© √† scruter les visages des passant¬∑es et √† tenter de deviner ce qu'il se passe dans leur t√™te
j'ai envie de fumer une clope

Ma calligraphie me rend triste

en même temps, je suis affalée sur le lit. . .
est-ce que j'ai abimé mon dos à bricoler sur internet ?

Tant de trajectoires qui se percutent, si au moins on pouvait amortir les chutes.

Appliquer du baume / un onguent herbacé comme un nid sur des blessures, des brindilles ramassées, choisies, transportées, déposées dans une architecture curative.
La parole dévoile les incongruents sursauts collectifs (etheral realm)

SOUPIRS*


Le silence, celui qui in/en|duit en erreur, sclérose
 les rhizomes    le mouvement de l'eau au vent, lui, est perp√©tuel

Une coquille emplie de gratitude apeurée se tait.
les feuilles des astres dansent

TOUT RATURER
Mais l'écriture occupe le vide et l'inabilité du commun pratique.

Les temporalités subjectives.

Les marqueurs temporelles que je préfère ce sont les saisons. Les secondes c'est rigolo car c'est très rapide ; le reste, à quoi bon ?
J'aperçois quelques premières rides !

Quel·le psy contacter ?

///

Des gros rêves trois-quatre jours d'affilées et une matinée en pleurs
I cannot porter à bout de bras le destin de quelqu'un d'autre.
"Le seul arabe du Sundgau".

Dans le dernier rêve, un nouvel endroit pour la zone, la structure ressemble à celle sur la couverture de la bd Les amateurs de Brecht Evens en plus grand, une aire de jeu abandonnée sur plusieurs étages, abandonnée avant la fin de sa construction, comme la maison dans the OA ? peut-être. Parfois, deux gamins y trainent. Il y a REDACTED qui est très présent, et son regard clair a du pouvoir. Près de la rivière-canal, au milieu des feuilles d'automne, collées dans la gadoue, Samir s'excuse de ne pas être venue au rdv. Un peu plus tard dans une clairière je finis par fumer un joint avec quelques uns des zonards


"on n'est plus à ça près" et est-ce que je pourrais partager ce moment en supervision ? Absolument pas. Puis dans la nuit, autour de la structure-zone désertée, une armée de flics, je les esquive très facilement alors que ma crainte tambourine (s'est-il déroulé un événement grave ? on dirait)

La nuit pr√©c√©dente, je r√™ve d'un parcours sem√© d'emb√Ľche comme un jeu vid√©o de plateforme / runner que j'emprunte en √©change du salut de REDACTED, comme un contrat pour qu'il s'en sorte : qu'il soit le spectateur de mon engagement pour lui ? Il n'y a pas de fin, pas de r√©sulat au r√™ve.

Tout est poreux
s'infiltre en dehors

Il n'y a pas de barricades perméables face à la détresse.

Revient doucement sous une forme un peu évoluée le questionnement de l'hiver deux mil dix-sept sur la distinction entre le zen et l'affect dépressif. Maintenant c'est cette propension à s'oublier pour appartenir partout sauf à soi et comment éviter le délitement complet quand quelque chose remet en question le petit être / l'individu seul. mmh.

(Je suis venue écrire dans ce carnet car je n'ai pas trouvé d'autre stylo).

* * *
Une nuit très remplie et hier soir en maraude cette vieille dame, petite et rayonnante, après avoir croisé un puis deux hérons le long de REDACTED. Equippée comme un Diogène, elle a accepté la tisane ricolas avec délectation, versée dans sa petite bouteille d'eau et elle se servait des


petites lampées à boire dans le bouchon jaune. 40 ans sur les routes et un fort accent Suisse allemand, il faut deviner le sens dans les trous de compréhension elle parle des montagnes, des lumières des villes avec ses yeux qui s'illuminent
puis, comme √ßa fait un moment qu'on discute, le discours se d√©lite peu √† peu et on dirait qu'elle parle d'autres plan√®tes habitables o√Ļ il y a des litres de jus de raisin et o√Ļ J√©sus soigne m√™me les chiens. Quelque chose de cet ordre l√† ou bien pas du tout mais cette silhouette au bord du canal, avec son manteau √©trange (l'a-t-elle mis √† l'envers), ses mains rocailleuses et son sourire g√©n√©reux est comme une apparition cin√©matographique / litt√©raire de la marge savante de l'invisible - un gouffre d√©licat, s'en extraire avant de soi-m√™me √™tre attir√©e, aspir√©e.

Est-ce elle qui a insufflé tous les rêves étranges de cette nuit ?
. REDACTED qui m'envoie un récap de tous mes likes sur ses tweets, elle est agacée et veut mettre les choses au clair mais je me réveille avant.
. REDACTED a une page sur le tilde ribambelle et il est noté qu'iel est psychiatre à Thann.
. des lieux inconnus, en vacances, je suis habillée n'importe comme, une keynote informelle dans un couloir avec une personne que j'admire et qui apprécie mes interventions, quelqu'un porte du maquillage-masque en paillettes noires
. je suis en errance et mes parents me contr√īlent, je vole du caf√© et suis dans ma chambre chez eux, comment m'√©chapper
. une roulotte avec des jeux, les enfants s'endorment.

Tout se mélange.


J'ai rêve une nouvelle fois de REDACTED (il a arrêté de boire il y a 15 jours) et ma projection éveillée se confond maintenant. Dans le rêve, il y avait une réunion - déjeuner et des collègues inscrivaient des rendez-vous dans mon agenda. J'avais une après-midi complète de consultations, à 17h15 REDACTED et cela m'agaçait.


le fond a été chapardée de manière éhonteuse chez asciiland
le carnet a été offert (surprise!) par les éditions du commun
home |¬∑¬∑| ūüĎć